Bientôt, la Boîte Noire passe à la couleur



Le Mag

Takamine édition limitée 2018 : Gifu-Chocommenter news la boite noire du musicien

Comme chaque année que Bouddha fait, Takamine nous gratifie de son exemplaire millésimé, démonstration esthétique mais aussi sonore de ce que la société nippone réalise de mieux dans le monde de la guitare acoustique.

Un nouveau millésime.

En 2017, nous avions goûté comme il se doit le modèle annuel qui rendait hommage au bourg mythique de Magome sur la route qui reliait Kyoto, ville impériale, à la capitale Tokyo. Et au-delà de la poésie de l’évocation, il s’agissait d’une guitare irréprochable quant à la qualité de ses bois et de sa fabrication. Le millésime 2018, également en édition limitée, ne pouvait se révéler en-deçà. Ce que les aficionados de la marque ne manqueront pas d’apprécier.

Madame Butterfly.

Une fois encore, Takamine accompagne la commercialisation de son exemplaire de l’année d’une jolie histoire digne des contes et légendes. En la circonstance, il s’agit de célébrer la beauté du site de Gifu où la célèbre entreprise japonaise fabrique ses guitares depuis 1962. Un lieu sylvestre où les papillons éphémères volettent d’une violette à l’autre au printemps, dans les clairières et les collines environnant les villages de Gifu. Puccini lui-même aurait pu en faire le cadre de son opéra.

Une lutherie soignée.

Et question lutherie, ce millésime 2018 s’avère dans la lignée de ses prédécesseurs avec des matériaux de haute futaie, en l’occurrence une table en cèdre massif et un fond en ovangkol tout aussi massif ainsi qu’une touche en ébène, l'ensemble étant mis en valeur par un préampli CTP-3 dont les caractéristiques de reproduction fidèle ne sont plus à démontrer. Reste la décoration qui, à grands renforts de papillons en abalone, parsème touche, tête et pickguard. Comme les goûts et les couleurs ne se discutent pas, laissons chacun juger à son aune...

2018, année de la réussite.

En revanche, tous ceux qui l’ont essayée sont unanimes : la sonorité chaleureuse, évidemment due à la table en cèdre, l’équilibre entre basses, médiums et aigus, vraiment étonnant, et enfin la projection sonore imputable à la forme de l'instrument, sont autant d’atouts qui expliquent le plaisir à la jouer et à l’entendre. En fait, on trouve réunies dans cette guitare toutes les qualités que l’on reconnaît aux Takamine en général : une prise en main confortable, un son harmonieux, une vraie facilité de jeu et, surtout, une polyvalence qui la destine à toutes les techniques et à tous les styles de musique.

Difficile d’y résister…

 

     

 

Tags : acoustique, takamine, guitare, NAMM, nouveauté

Retour à la liste

Commentaires